Britney Spears : Une star sous tutelle

Fin juin, Britney Spears a témoigné devant un tribunal de Los Angeles. La chanteuse demande la fin de sa tutelle, qui l’empêche de contrôler sa vie. Pourquoi veut-elle y mettre un terme ? On vous explique tout.

Les infos pour briller en soirée

1

Pour les fans, Britney Spears avait déjà exprimé sa détresse via les réseaux sociaux

Si c’est la première fois que Britney Spears parle publiquement de sa tutelle, pour certains fans, la chanteuse aurait passé de nombreux appels à l’aide via ses publications sur les réseaux sociaux. Beaucoup de théories naissent alors. En juillet 2020, l’un des fans s’adresse directement à la chanteuse “si vous avez besoin d’aide, portez du jaune dans votre prochaine vidéo”. Sur la première vidéo postée par la star sur Instagram après ce message, elle porte du jaune. Pour de nombreux fans, il n’y a aucun doute, Britney Spears leur adresse un message. Ils décident alors d’alerter en taguant directement le FBI dans les commentaires. 

2

La cotutrice de Britney Spears menacée de mort

Depuis le témoignage de Britney Spears devant le tribunal de Los Angeles, Jodie Montgomery, la cotutrice professionnelle de la chanteuse, affirme être menacée de mort. Le 7 juillet, elle a demandé la protection de la justice américaine. Elle réclame que la tutelle lui finance un service de sécurité 24 heures sur 24 autour de son domicile. Une protection qui, selon la tutrice, coûterait 50.000 dollars par mois. Jamie Spears, qui gère la fortune de sa fille, s’oppose à cette requête. Il affirme que depuis des années, l’avocat de la chanteuse, des personnes liées à la tutelle et lui font également l’objet de nombreuses menaces. Si Jodie Montgomery obtient gain de cause, d’autres pourraient donc présenter des demandes aussi onéreuses. Aujourd’hui, c’est au tribunal de trancher. 

3

La Maison Blanche s’intéresse à la tutelle de Britney Spears

Le 1er juillet, la porte parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a affirmé que la Maison Blanche « suivait de très près » l’affaire de la mise sous tutelle de Britney Spears. Une déclaration en réponse au correspondant de la chaîne CBS News, qui soulignait qu’aux Etats-Unis, aucune loi fédérale ne permettait de régir les relations entre une personne et son tuteur. Jen Psaki n’a pas pu se prononcer mais a déclaré “en parler au bureau de son avocat, car c’est une bonne question juridique”. Au Congrès aussi, l’affaire intéresse. Plusieurs de ses membres ont invité la chanteuse à venir témoigner devant eux afin “que ce qu’elle a vécu ne soit plus jamais vécu par aucun autre Américain”.

4

Une « loi Britney Spears » en Californie

Depuis le début de sa carrière Britney Spears est harcelée par les paparazzis. Dans les rues de sa ville, Los Angeles, de nombreuses courses poursuites voient le jour pour obtenir la meilleure photo possible. Pour Dennis Zine, alors conseiller municipal de Los Angeles, ce n’est plus possible : « ils ne respectent rien, roulent sur les voies à contre-sens, sautent de leur voiture aux feux rouges. Rappelez-vous la Princesse Diana à Paris… je ne veux pas qu’une chose pareille se reproduise ici ». Alors en 2008, il propose une “loi Britney Spears” qui interdirait formellement de photographier et/ou de vendre des clichés mettant en scène des célébrités dans un cadre familial ou dans une situation impliquant leur vie privée. La loi est finalement adoptée en Californie le 1er janvier 2010.